Road trip dans le Red center : le coeur sauvage de l’Australie

Aaaah, le Red center de l’Australie .… L’outback, la terre ocre, les paysages immenses, sauvages. Ici, l’Histoire se découvre sous des températures souvent extrêmes. Ici la vie existe mais elle est rare quand la chaleur fait loi. Le temps semble suspendu, défile au rythme du désert : lentement. Il y règne une promesse d’éternité. La route semble s’étendre à l’infini. De Port Augusta au sud, à Darwin au Nord, les kms ouvrent la voie à l’inconnu. Une partie du désert peut être avalée en quelques jours seulement, mais le milieu du pays mérite que l’on s’y attarde davantage.
Laissez le temps s’étirer. Offrez vous l’horizon comme point de repère. Permettez-vous de rouler, de vous arrêter, d’observer, d’écouter le silence. Rencontrez la nature qui s’éveille la nuit et s’évanouit dans les premières chaleurs du matin. Foulez la poussière rouge. Vivez l’Outback avec une âme d’aventurier curieux, plus qu’en touriste.
Oui la montagne sacrée d’Uluru est belle, mais sous ses airs de désert, l’Outback a beaucoup plus à offrir.

Je vous partage ici le trajet qu’on a suivi.
Si vous ne disposez que de quelques jours, allez à l’essentiel. Découvrez l’article pour visiter Uluru et ses environs ici.

Combien de km à parcourir pour traverser le Red center de l’Australie ?

Tout dépend évidemment du chemin que vous souhaitez parcourir.
Tout d’abord, pour réaliser l’intégralité de la route, de Port Augusta à Darwin, en passant par Uluru, il y a 3442 km.
Ensuite, pour la portion de route la plus « connue », depuis Port Augusta jusqu’à Alice Springs, comptez 1230 km.
Dans le chapitre “Que voir dans le red center de l’Australie”, j’indiquerai les distances entre chaque point pour que vous puissiez identifier facilement le trajet que cela représente.

Combien de temps pour parcourir le Red center ?

7 à 10 jours permettent d’arpenter la région d’Alice Springs, comprenant Uluru, Kata Tjuta, King’s canyon et pourquoi pas Coober Pedy.
Nous avons alloué 3 semaines pour parcourir 2500 km, entre Port Augusta et Tenant Creek. Je pense que 2 semaines peuvent aussi suffire.

Van, camping car ou 4×4 : que louer pour un road trip dans le Red Center de l’Australie ?

Se déplacer dans le Red Center de l’Australie est facile. Contrairement à certaines idées reçues, les routes ici sont en excellent état. Inutile donc de louer un 4×4 en vous disant que vous serez bloqués.
Pour aller à Uluru, King’s canyon ou encore Tenant Creek, tout est ok.
Bien sûr, si vous souhaitez emprunter les « chemins de traverse », c’est une autre histoire. Il vous faudra alors un bon 4×4 !

Que voir dans le Red Center de l’Australie ?

Beaucoup de belles choses si vous aimez la nature ! Le centre de l’Australie offre parmi les paysages les plus connus du pays tels que Uluru / Kata Tjuta, King’s canyon mais aussi des endroits moins fréquentés et tout aussi spectaculaires. Cette partie du pays, aux contours uniques, possède une faune riche, des couleurs vives et une culture aborigène très présente. Pas mal d’activités sont possibles : les randonnées, l’observation des étoiles, l’observation des oiseaux ou encore les levers et couchers de soleil sont autant de connexions avec la nature envisageables.

Port Augusta à Glendambo = 290 km

Glendambo est ce que l’on appelle une road house. Ces stations services offrent l’opportunité de faire le plein, se restaurer ou passer la nuit dans le camping pour couper la route. Comme nous sommes partis tard de Coober Pedy, on a décidé de dormir là. Une vraie bonne idée ! En août, on se caillait sérieusement. En arrivant à Glendambo, nous avons découvert un restaurant chaleureux, avec canapés devant un bon feu de cheminée. L’ultime bonheur en plein mois d’hiver ! Et bien sûr, peu importe la raison de votre stop ici, ne manquez pas le panneau d’accueil, indiquant la population résidente !

Red center de l'Australie - panneau de Glendambo

Glendambo – Coober Pedy = 255 km – Red center de l’Australie

Voilà la 1ère ville du road trip à visiter !
Les 3 intérêts majeurs de la petite ville minière sont : l’opale, la vie sous terre dans des troglodytes et les dinosaures. Eclectique n’est-ce pas ?
L’exploitation minière, encore très active aujourd’hui, fait vivre l’économie de la ville. Il est possible de visiter des mines en activité et de découvrir comment est extraite l’opale.
Par ailleurs, plus récemment, Coober Pedy est aussi devenu un site archéologique après la découverte d’ossements de dinosaures !
Je suis en train de vous rédiger un guide sur Coober Pedy dans lequel vous trouverez notamment que faire, que voir et où dormir.

Coober Pedy – Uluru/Kata Tjuta = 735 km

Oui, la route est longue ! Et comme elle est toute droite tout le long, ça peut vite devenir soporifique. Selon votre organisation et votre tolérance à la route, vous pouvez choisir de rouler d’une traite ou de couper le trajet en 2. Il n’existe pas beaucoup de road house, et chacune se situe à une distance d’environ 250 km de la précédente. Sur le chemin, vous aurez le choix entre Marla (230 km de Coober Pedy) – Ghan (250 km de Marla) – Curtin Springs (100 km de Yulara et Uluru).

En arrivant à Uluru,

Vous verrez que l’ambiance est bien plus animée ici que sur l’ensemble de votre road trip. J’imaginais un endroit sauvage, avec une connotation assez spirituelle. J’ai trouvé un site touristique bien rodé.
Bus touristiques, villages de vacances et tours organisés tournent à plein régime. Je vous conseille d’ailleurs de réserver votre séjour en avance. N’ayant qu’un van, on s’était dit que, comme tout le reste de notre aventure, il suffisait d‘arriver tranquillement le jour J et de se caler sur un emplacement. Que neni ! Nous avions beau être en saison basse, tout était plein. Hôtels, maisons de location et espaces de campement.
Mais pas d’inquiétude à avoir quant aux visites. Vous verrez qu’en vous éloignant des points touristiques et en marchant un peu autour de la montagne sacrée, on se retrouve vite seul. Les tours touristiques suivant tous le même chemin.

Kata Tjuta, la voisine préservée d’Uluru

A quelques kilomètres seulement d’Uluru, dans le parc national d’Uluru / Kata Tjuta, se trouve The Olgas, connues sous le nom aborigène de Kata Tjuta. Un site magnifique et bien moins touristique qui mérite définitivement le détour ! Découvrez ici l’article dédié à Kata Tjuta.

Red center de l'Australie - Uluru la montagne sacrée

Uluru – King’s Canyon = 300 km – Red center de l’Australie

Époustouflant, avec ses falaises vertigineuses, sa roche rouge et ses points de vue exceptionnels. King’s canyon se situe dans le parc national de Watarrka, et peut se visiter gratuitement.

Tout l’intérêt de ce canyon réside dans la fameuse King’s canyon Rim walk.

Une randonnée de 6km, que l’on peut faire en 3h ou 4h.
Le démarrage est assez ardu puisque l’on commence à monter tout droit sans échauffement pendant environ 30 minutes. Passées ces marches qui cassent les jambes et le cardio, la randonnée est ensuite simple et très agréable. Et la vue… digne de l’effort produit !
Ne manquez pas le jardin d’Eden, un trou d’eau permanent tout à fait insolite dans ce désert aride. Cet oasis permet la survie de plantes, d’oiseaux et de reptiles en tout genre, et abrite notamment une espèce de fougères préhistorique !

Une autre marche, plus courte, moins spectaculaire mais tout aussi jolie, est la King’s canyon creek walk. En 1H (soit 2km A/R), cette balade facile offre la possibilité aux familles avec enfants ou aux personnes à mobilité réduite de découvrir les beautés du canyon sans monter au sommet.

Pour dormir dans le coin, 2 options s’offrent à vous :

Le King’s canyon resort ou la King’s creek station. Le 1er est un hôtel, le second est un terrain de camping situé dans une station de bétail.

Red-center-de-l-australie-kings-canyon

King’s canyon – Rainbow valley = 276 km

La roche sablonneuse de Rainbow valley est, semble-t-il, le paradis des photographes, au lever et au coucher du soleil. Le rouge éclatant des sommets oscille entre les couleurs ocres, jaunes étincelant et blancs immaculés, proposant un arc en ciel de couleurs naturelles. Si vous avez la chance de découvrir le site après la pluie, vous pourrez admirer la montagne arc-en-ciel se refléter dans le miroir d’eau créé par la pluie. Cela offrait une oasis riche de plantes et d’animaux sauvages pour les aborigènes.
Un tel site était jadis un endroit où ils se retrouvaient pour les cérémonies et reste aujourd’hui sacré pour le peuple des Arandas.
Nous n’avons malheureusement pas pu visiter cet endroit, faut de 4×4 pour nous y rendre. On ne vous rapporte que ce que l’on en a entendu.

Rainbow valley – Alice Springs = 105 km

La seule ville de l’Outback ! Avec ses 28000 habitants, Alice Springs est un petit point perdu dans un océan de terre rouge. Elle est le point de départ idéal pour les excursions autour d’Uluru, King’s canyon ou du Range Mc Donnel park.

A voir :

  • Anzac Hill : situé en haut d’une colline, ce point de vue offre une vue panoramique sur toute la ville. On y apprend les grandes lignes de l’Histoire sur les panneaux explicatifs. A faire au coucher du soleil.
  • Les musées tels que le Araluen cultural precinct ou le Mega fauna central, qui présente les animaux énormes et préhistoriques d’Australie.
  • The kangaroo sanctuary. Je n’ai pas pour habitude de parler des parcs qui présentent des animaux, mais je pense que celui-ci sort un peu du lot. Brolga et son équipe sauvent des kangourous orphelins ou blessés, les soignent et leur permettent de vivre une 2nde vie, dans un parc de 188 hectares. La chaîne TV nature Nat Geo USA a fait connaître Brolga et ses kangourous au travers de documentaires dédiés à son travail. Aujourd’hui, Brolga propose des visites guidées permettant aux touristes de découvrir cette faune incroyable. Si nous en parlons ici, c’est d’abord parce que le sanctuaire n’est pas un zoo et n’a pas vocation à faire du profit en exploitant des animaux. Nous n’avons pas eu l’occasion de découvrir le sanctuaire car toutes les réservations de tours étaient complètes sur le mois ! Mais nous avons entendu beaucoup de bien de cet endroit, dont le crédo est “Kangaroos come first !” Ils respectent le cycle de sommeil de ces animaux nocturnes en ne proposant qu’une visite au coucher su soleil, en petit groupe, et guidée.
    Si vous souhaitez réserver une visite, il est préférable de s’y prendre très à l’avance !

Enfin, si vous passez par Alice Springs en septembre, ne manquez pas leur plus grand évènement artistique et culturel : le Desert Alice festival !

Alice Springs – MacDonnell ranges = 66,5 km

Pour la petite histoire, les MacDonnell ranges seraient vieux de 340 millions d’années et se seraient formés après la rencontre de 2 plaques tectoniques. L’eau, le vent et les années, bref les puissances naturelles ont érodés cette montagne immense, qui fut, semble-t-il, bien plus grande jadis que ce que l’on en voit aujourd’hui.
Le peuple Aranda, aborigènes vivant ici depuis les temps ancestraux, racontent qu’un esprit très ancien, sous la forme d’une chenille géante, se déplaça à travers Alice Springs et par son passage, créa tout le paysage alentours, y compris les montagnes.

On accède aux monts MacDonnells par la partie Est ou la partie Ouest. Bien que les 2 puissent être visitées, nous avons privilégié la partie ouest, qui, semble-t-il, est la plus belle.

L’ouest

La partie Ouest se visite via la Larapinta road, une route goudronnée qui s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres.
Simpson gap, Ellery creek hole ou encore Ochre Pit sont les points d’intérêts les plus accessibles. En conduisant plus avant sur Larapinta road, vous trouverez de beaux spots tels que Serpentine Gorge ou Chandley chasm.

Pour le détail de tous les points à voir :

Je vous invite à consulter le site Australia’s Northern territory, spécialisé dans les points d’intérêts du Nord du territoire.

Alice Springs – Wycliffe Well = 375 km

Probablement la road house la plus étrange et la plus insolite du road trip ! Wyciffe well, auto proclamé capitale d’observation de mouvements extra terrestre, a bâti sa réputation sur le sujet controversé des OVNIs.
Selon le journal The Sun Herald, Wycliffe Well est classé 5ème site où le plus d’activité extraterrestre ont été déclarées dans le monde entier !
Dans le milieu des années 80, un homme a pris le pari de construire un complexe hôtelier qui permettrait aux passionnés et experts du sujet de rester sur place pour se consacrer à l’observation extra terrestre. L’on raconte qu’il n’est pas rare que les voitures se fassent “suivre” par un rayon lumineux provenant du ciel. Beaucoup d’histoires racontent le même témoignage. Fin des années 90, le projet est tombé à l’abandon mais restent aujourd’hui un camping, où l’on peut passer la nuit ainsi que les décombres de l’ancien restaurant.

Pour se mettre dans l’ambiance :

On est allés visiter ce bâtiment en ruine, au coucher du soleil. La sensation était digne d’un film d’horreur, décors angoissants, craquements intempestifs et atmosphère étrange créant le combo gagnant.
Des bonshommes verts en carton pâte nous accueillent et les murs du petit restaurant sont entièrement recouverts d’articles de journaux témoignant des expériences vécues ici.

Quant au slogan : « UFO sightings are so common, that if you stayed up all night looking, you would be considered unlucky not to see anything, rather than lucky to see something »

L’observation des ovni est si habituelle que si vous restez éveillés la nuit entière, vous seriez considéré malchanceux de ne rien voir plutôt que chanceux d’avoir vu quelque chose”.
On a tenté l’expérience. Au milieu d’un champs éclairé par la seule lumière de la lune, nous sommes restés éveillés toute la nuit. De toute façon, avec tous les articles lus dans la soirée, je ne pouvais pas fermer l’oeil. J’ai passé une bonne partie de la nuit dehors, pour avoir un champs visuel bien dégagé. Mais je fais partie des malchanceux….

Red center de l'Australie site d'observation des extraterrestres Wycliff Well
Red center de l'Australie paysage desertique de Wycliff Well

Wycliffe Well – Devil’s marble = 37 km

Une fois que vous aurez passé une nuit blanche à vous demander si vous vous réveillerez sur terre ou dans un vaisseau spatial, partez à la découverte des Devil’s marble.
Situés non loin de Wycliffe Well, les Karlu Karlu (ou Devil’s marble en anglais) restent dans l’ambiance “étrange” dont on parlait avec Wycliffe Well. En effet, ces énormes blocs de granit totalement ronds et polis semblent avoir été posés là. Empilés les uns sur les autres, comme en équilibre, ils détonnent complètement avec le paysage plat alentour. C’est à se demander comment ils sont arrivés là, d’où vient cette forme presque parfaite et pourquoi ces rochers ne se trouvent qu’à cet endroit.
Il paraît qu’ils sont magnifiques au lever et au coucher du soleil. Nous n’avons pas eu l’occasion d’y passer à ce moment là mais on le croit sur parole !

Red center de l'Australie devils marble

Devil’s marble – Tenant creek = 60 km

Connu comme étant un des derniers sites de la ruée vers l’Or en Australie, Tenant creek garde des traces de cette époque, qui peuvent être visités aujourd’hui. Cette région aux paysages bruts vous plonge dans l’ère des pionniers.
Le peuple aborigène des Warumungu a été le 1er à habiter ces terres. Ces gens se sont ardemment battus pour protéger et conserver leurs terres. Ils expliquent leur Histoire aujourd’hui à travers leur art au centre culturel Nyinkka Nyunyu. Une sorte de musée qui met en lumière les heures sombres de leur Histoire et qui mérite d’être visité. A Tenant creek, vous pouvez aussi visiter une mine sous terraine, la Tenant creek telegraph station ou encore le point de vue Anzac hill.

Après Tenant creek…

Il vous est possible de quitter le Red center de l’Australie et de continuer vers le Nord, jusqu’à Darwin ou de tourner à droite pour rejoindre la côte Est.
Si vous souhaitez des informations sur le Nord du territoire, je ne pourrai malheureusement pas vous en fournir (pour le moment 🙂 )

Je vous invite donc à tourner à droite, et à nous suivre sur la route vers Palm Cove !

Sur les 1800 km qui séparent le Red center de la côte Est, peu de choses sont à visiter à proprement parler.
Le mieux est de rouler à votre rythme, de vous arrêter quand l’endroit vous inspire, ou quand vous avez besoin de récupérer. Vous entrez petit à petit sur le territoire des crocodiles, et il ne sera pas rare d’en croiser. Cela ajoute une touche encore plus sauvage à cette terre déjà inapprivoisée.
Ces paysages indomptés vous offrirons l’inestimable plaisir du voyage solitaire. Le vrai. Bien sûr vous lirez ici et là, sur les blogs, qu’il n’y a “rien” à faire, et qu’il ne faut pas perdre de temps à rouler sur ces routes désertes. C’est faux. Il s’agit juste d’un autre voyage. Moins touristique, plus primaire. De nouvelles sensations. Brutes.

Laissez-vous porter par cette sensation délicieuse d’être seuls sur la route.

De dormir où bon vous semble (en respectant votre environnement) et d’éveiller vos sens à la nature sauvage qui vous fait face. Prenez le temps d’observer. Restez 1, 2 3 jours au même endroit, au milieu de nulle part, et soyez récompensés par la beauté de ce qui vous entoure. Et par le silence. Si rare et si précieux de nos jours.
Ne sous-estimez pas cette opportunité de rouler sur des routes peu empruntées et d’en savourer chaque kilomètres.
car le voyage ne consiste pas qu’en une succession de “choses à voir” et de cases à cocher.

Vous aimez cet article ?
Epinglez-le sur Pinterest 🙂

Red center de l'Australie image pinterest

4 Comments
  • Saphidy
    Posted at 21:23h, 28 mars Répondre

    Cet article me donne vraiment envie de voyager, et surtout d’aller en Australie. Les photos sont très jolies, et super résumé du road trip 🙂
    Belle soirée,
    Saphidy

    • Sonia
      Posted at 18:51h, 30 mars Répondre

      J’apprécie beaucoup ton commentaire merci à toi ! Je te souhaite de tout coeur de pouvoir voyager dans ce superbe pays un jour !

  • Noemi
    Posted at 17:07h, 26 mars Répondre

    Ces photos et ce résumé de road trip font du bien au moral en ces temps … plus compliqué ! Ça donne tellement envie de prendre un billet et partir à la découverte du monde.
    En tout cas les photos retranscrivent très bien tes propos et c’est hyper complet ! Merciiiiii ça met du baume au coeur 🙂

    • Sonia
      Posted at 18:58h, 30 mars Répondre

      Merci beaucoup de ton retour super positif c’est toujours très agréable à lire ! C’est sûr que ça nous démange aussi d’acheter un billet pour n’importe où 😀 mais…patience… on n’en appréciera que plus le prochain voyage

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.