Voyager responsable : des actes simples pour un tourisme respectueux
Voyager responsable, c'est prendre soin de son environnement lorsque l'on se déplace. Comment et pourquoi devenir un éco-voyageur ?
voyager responsable
16809
post-template-default,single,single-post,postid-16809,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
Voyager-responsable-des-actes-simples-pour-un-tourisme-respectueux

Voyager responsable : des actes simples pour un tourisme respectueux

Voyager responsable

L’autre jour, j’avais une discussion passionnée avec Emma, ma parisienne de copine. Nous parlions du voyage, de ce que je ressens quand je vadrouille et de mon crédo « voyager responsable« .
Outre le fait qu’elle m’ait regardée avec des yeux de merlan frit, elle m’a dit que je me la jouais « bobo voyageur » avec mes élans responsables.
J’ai réalisé que ce n’était pas la 1ère personne à me considérer comme une écolo en excès de zèle, sans comprendre le sens véritable du voyage responsable. Cette discussion m’a donné à réfléchir sur quelque chose qui me semblait évident et qui finalement, est peut être encore abstrait pour beaucoup d’entre nous.

Que veut dire voyager responsable ?

Au premier abord, ce terme peut paraître pompeux, limite obligeant avec cette idée d’avoir des responsabilités même en vacances….
Mais derrière ces mots, se cache une pratique facilement réalisable par tous.
Loin d’être une mode ou un concept marketing, le tourisme responsable implique une chose et une seule : minimiser au maximum l’empreinte de son passage. Cette pratique assez simple relève en fait du bon sens et du savoir-vivre. Considérer, chaque fois que l’on pose le pied quelque part, que l’on n’est pas chez nous. Respecter, du mieux possible, ce qui nous entoure sans faire subir notre présence (que ce soit auprès des populations locales, de la faune ou de la flore environnantes).

Le voyage responsable consiste simplement à faire attention à notre impact sur l’environnement quand on se déplace.

Si, comme Julien et moi, vous voyagez beaucoup, vous avez sans doute remarqué que le tourisme a des conséquences, parfois dramatiques, sur l’environnement. Les endroits idylliques sont saccagés par le plastique et les déchets. Les populations locales sont folklorisées pour le plaisir de visiteurs voyeurs. Les animaux sont instrumentalisés pour satisfaire des voyageurs voulant se prendre en photo avec la vie sauvage.
Bref, tout ça « ne tourne pas rond ».

Bon sens et d’humanité, deux valeurs que nous possédons tous intrinsèquement.

Si vous voyagez, je suppose que c’est avant tout pour découvrir des choses que vous ne voyez pas chez vous. Ressentir des émotions nouvelles et exotiques, découvrir de belles cultures et vous émerveiller devant la beauté de ce que le monde a à offrir. Pourquoi alors détruire les richesses que vous venez chercher ? Lorsque l’on voyage, on n’arrive pas en terrain conquis. Le voyage est avant tout de l’humilité, de l’ouverture et de la curiosité.
Le tourisme responsable est donc un voyage raisonné et modéré, respectant la nature et les cultures environnantes. Visiter un pays en tenant compte de la réalité du pays.

Comment voyager responsable ?

Il n’y a bien sûr pas de règle à dicter, mais il existe des valeurs à développer et des dizaines de gestes à adopter.

Par exemple :

ON PEUT

Apprendre quelques mots de la langue du pays d’accueil

AU LIEU DE

Parler anglais et s’insurger que les locaux ne vous comprennent pas

Voyager responsable

Voyager responsable en choisissant des logements locaux
ON PEUT

Loger autant que possible dans des logements tenus par des locaux pour favoriser l’économie locale

AU LIEU DE

Loger dans de gros complexes bétonnés sans charme où les bénéfices tombent directement dans les poches des agences sans bénéficier aux populations locales

Voyager responsable

Voyager-responsable-demander-autorisation-photo-du-soleil-dans-les-poches-blog-voyage2-min
ON PEUT

Demander l’autorisation aux gens avant de les prendre en photo

AU LIEU DE

Violer leur intimité et prendre des photos en toute impunité

Voyager responsable

Voyager responsable en respectant la culture du pays
ON PEUT

Se renseigner sur les us et coutumes du pays (quelle tenue vestimentaire adopter pour ne pas choquer, quelle distance maintenir avec les locaux, etc.)

AU LIEU DE

Irriter les locaux avec des comportements inadaptés (entrer dans les temples les jambes ou épaules non couvertes, garder ses chaussures dans les lieux communs, regarder dans les yeux, etc.)

Voyager responsable

Voyager responsable et prendre soin de son environnement
ON PEUT

Fuir les pièges à touristes et préférer : 

  • Découvrir les femmes girafes dans leur village en Birmanie
  • Partir en trek observer le tigre, les ours, les girafes, les lions…
  • S’approcher des singes au plus près dans les temples
  • Participer à des journées de volontariat dans les centres de sauvetage des éléphants
AU LIEU DE

Participer à l’exploitation des animaux ou l’exploitation des humains : 

  • Aller visiter les villages zoo de Thaïlande pour prendre une photo avec une femme girafe
  • Faire un selfie avec un tigre drogué, amorphe et prisonniers de parcs à touristes
  • Poser avec un singe enchaîné et le plus souvent brutalisé voire torturé pour qu’il se comporte « comme il se doit » avec le touriste
  • Monter sur le dos meurtri d’un éléphant torturé depuis son plus jeune âge

Voyager responsable

Voyager responsable en faisant des activités à moindre impact sur l'environnement
ON PEUT

Choisir ses activités à moindre impact sur la nature

  • randonnée
  • vélo
  • cours de cuisine avec des locaux
  • médiation
  • plongée sous marine (en prenant soin de ne pas toucher les coraux)
  • kayak ou canoë
AU LIEU DE

Faire des activités bruyantes, polluantes et néfastes pour l’environnement : 

  • Quad
  • Jet ski
  • Ski
  • Sports mécaniques

Voyager responsable

Voyager responsable en ramenant ses dechets
ON PEUT

Conserver et ramener ses déchets lors de trek ou de journées plage seuls au monde

(c’est pas si compliqué de ramener 2 bouts de plastiques et 3 papiers d’alu froissés et ça évite de défigurer les endroit sauvages avec nos merdes déchets)

AU LIEU DE

Semer ses déchets et considérer que la neige recouvrira tout ou que la mer emportera tout…

Stop à la mauvaise foi.

Lorsque le tourisme se développe rapidement, les infrastructures locales peuvent avoir du mal à faire face. Les populations locales sont alors envahies par nos déchets, à défaut de pouvoir les recycler ou s’en débarrasser. 

Quelques exemples de comportements où l’on pense bien faire mais où l’on ferait mieux de s’abstenir :

Sans même s’en rendre compte, souvent par manque de connaissance, nous pouvons penser bien agir et avoir au final un comportement ayant un impact négatif.
Par exemple, laisser sa place à quelqu’un de plus âgé au Japon est vexant pour la personne.
On ne touche pas la tête des enfants au Népal car c’est là que loge l’âme.
Il vaut mieux éviter de partir sans laisser de pourboire aux Etats Unis.
Donner son avis sur Mao Zedong pour participer au débat, en Chine… mauvaise idée.
Ces détails peuvent paraître insignifiants, mais ils peuvent froisser ou agacer un local. Logiquement, il n’aura plus le cœur à accueillir le prochain visiteur avec autant d’entrain et de chaleur.
Et voila comment, selon moi, petit à petit, les relations locaux/touristes se dégradent.

8 Comments
  • Pierre
    Posted at 11:07h, 14 février Répondre

    super article, vraiment une belle réflexion

    • Sonia
      Posted at 21:25h, 15 février Répondre

      Merci beaucoup c’est un plaisir de voir que ce sujet interpelle 🙂

  • Irène
    Posted at 12:42h, 12 février Répondre

    Merci pour ce super article qui est en plus visuellement très clair et bien présenté ! C’est important d’en parler. Est-ce que vous avez eu vent du groupe facebook Voyage éthique créé par le blog Wait and sea ?

    • Sonia
      Posted at 10:00h, 13 février Répondre

      Merci Irène pour ce super retour 🙂 On est ravis que ce sujet, que nous prenons à cœur, te touche également. Je ne connais pas ce groupe Facebook mais je vais m’empresser d’aller le découvrir ! Merci pour l’info !

  • NatieAK
    Posted at 12:32h, 12 février Répondre

    C’est une très bonne réflexion sur le sujet car l’impact environnemental et social est indéniable. Il faudrait apprendre aux gens à être respectueux tout simplement.

    • Sonia
      Posted at 10:02h, 13 février Répondre

      Comme pour beaucoup de sujets, nous pensons que cela passe par de la sensibilisation et de « l’éducation ». Faire prendre conscience aux voyageurs de leur impact pour qu’ils agissent ensuite plus justement. 🙂 Nous avons, nous aussi, encore du travail à faire sur nous-même !

  • C. G
    Posted at 11:26h, 12 février Répondre

    Une bonne mise au point nécessaire et très instructive pour l’avenir a mon goût.

    • Sonia
      Posted at 10:05h, 13 février Répondre

      Merci beaucoup ! On espère en effet pouvoir créer la réflexion voire la réaction chez quelques personnes. Même peu, mais ce serait un début 🙂 A savoir que même lorsque l’on fait attention à notre comportement, il y a toujours de petites choses qui nous échappent…à tous. L’important est de faire au mieux.

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.